Revue Cabaret

Accueil | La Revue | Les numéros | Auteurs | Illustrateurs | Casting | Boutique | Contact


Cabaret hors-série # 1, avril 2017, Birthday present, 5e anniversaire 2012-2017
Avec @ude, Anothine L., Samantha Barendson, Hélène Bischoffe, Alexandra Bouge, Sophie Brassart, Marie-Anne Bruch, Gabrielle Burel, Estelle Cantala, Michèle Capolungo, Angèle Casanova, Anna Maria Celli, Jehanne de Champvallon, Laurence Chaudouët, Annalisa Comes, Murielle Compère-Demarcy, Colette Daviles-Estines, Sandrine Davin, Olivia Del Proposto, Simona-Grazia Dima, Mireille Disdero, Eve Eden, Céline Escouteloup, Marie Evkine, Jacqueline Fischer, Mélanie Fourgous, Chloé Galland, Cathy Garcia, Odile Gattini, Marie Françoise Ghesquier, Nadia Gilard, Mary Gréa, Mich’elle Grenier, Delfine Guy, Geneviève Halftermeyer-Pawlak, Annie Hupé, Anna Jouy, Claire Kalfon, Ingrid Klupsch, Chloé Landriot, Barbara Le Moëne, Marilyse Leroux, Chloé Malbranche, Anne-Marguerite Michel, Adeline Miermont-Giustinati, Anne-Marguerite Milleliri, Mye Me, Patricia Paul, Lorraine Pobel, Véronique Pollet, Chantal Robillard Puvinel, Isabelle Rolin, Mélanie Romain, Barbara Savournin, Christine Schmidt, Régine Seidel, Géraldine Serbourdin, Somotho, Luminitza C. Tigirlas, Laura Tirandaz, Marlène Tissot, Marie Laure Vallée, Marie-Antoinette Vallon, Christine Van Acker, Elise Vandel-Deschaseaux, Laurence Vielle, Marie de Vezins, Emilie Voillot
Chorégraphie : Aartus, Guénolée Carrel, Sabrina Cerisier, Barbara Le Moëne, Mlle Lise, Flora Michele Marin, Sophie Wexler


Editorial : Birthday present, 5e anniversaire 2012-2017

Depuis cinq ans, la revue Cabaret est entrée dans la danse. Alain Crozier a choisi de mettre sous les feux de la rampe la poésie féminine.
Les femmes poètes ont tant à dire en tissant, dans une harmonie rythmique, la parole autour de leur cœur, de leur corps, de leurs pensées les plus intimes. En suivant le mouvement de leurs mains, d’image en image, s’offre la magie d’une danse des mots.
La revue Cabaret éclaire leurs gestes, leur voix, leur rire, leurs pleurs, leur colère, leur tendresse, l’expression de leurs émotions.
Les femmes poètes inventent une parole qui n’est pas oppressive. Une parole qui ne coupe pas la parole mais délie les langues. Elles inventent de nouveaux horizons possibles.
Danse à petits pas de côté, entrechats ou grands sauts qui élèvent la pensée au détour des évènements du monde. En composant leurs textes, les poètes sont bien ancrées dans leur temps, dans leur milieu, dans leur histoire.
Elles affrontent l’avenir avec inquiétude au plus près de la faille, de l’incertitude, de la vérité.
Elles traduisent cette présence du féminin, de fêlure en chacune de nous.
Au bord du gouffre, elles tendent la main, pour que toutes les femmes puissent accéder aux mots et changer le regard de la société.
Une révolution poétique en marche. La poésie n’est-elle pas aussi le lieu d’enjeux et de tensions sociales ? Une langue de rupture ?

Marie-Françoise Ghesquier

Télécharger ce numéro ici